Logo_header
SAMEDI 22 NOVEMBRE 2014

Languedoc-Roussillon : La production rassurée

02/08/2012
Vignes3

Une quinzaine de représentants de la production et du négoce se sont rencontrés le 1er août à Béziers. Trois sujets au menu des discussions : le retard pris dans les retiraisons de vins, le paiement d'acomptes et la contractualisation pluriannuelle. S'agissant du retard dans les retiraisons, le négoce a assuré que « dans quelques mois on n'en parlerait même plus». Il paiera les vins au prix convenu lors de la signature des contrats d'achat.

A la veille des vendanges, des caves du Languedoc-Roussillon s'inquiètent d'avoir encore beaucoup de stock. En cause, la grosse récolte de l'an dernier (15 millions d'hl) et le ralentissement du rythme des retiraisons de vin. Cette situation fait courir le risque d'un écroulement des prix.

 

Pour y voir plus clair, la FRSEA du Languedoc-Roussillon a provoqué une réunion le 1er août à Béziers avec Castel, Grands Chais de France et Jeanjean, les principaux acheteurs de vin de la région, l'Union des entreprises vinicoles méridionales et les représentants de la production (FRSEA, JA, Coop de France LR, vignerons indépendants).

« Les chiffres arrêtés au 30 avril indiquent un retard de 8 % dans les volumes retirés à cette date par rapport à la campagne d'avant, indique Pierre Gassier, président de la fédération des vignerons indépendants du Languedoc-Roussillon, l'un des participants à la réunion. Et il nous semble que la situation ne s'est pas arrangée depuis. Au contraire. Cela crée des difficultés de stocks et de trésorerie, perceptibles surtout dans l'Aude et dans l'ouest de l'Hérault. »

« La plus grosse déconvenue porte sur les vins sans indication géograhique », précise Bernard Devic, président d'Inter Sud, organisateur de la réunion.

Ces retards s'expliquent par à l'arrivée des VSIG de Bordeaux et par la perte de marchés après la faible récolte 2010 qui a vu le négoce aller s'approvisionner en Espagne. L'atonie des ventes en grandes surfaces serait également en cause. Mais pour les participants à la réunion que nous avons contactés, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

« 80 et 85 % des volumes aujourd'hui en cave sont contractualisés (font l'objet d'un contrat de vente, NDLR) explique Denis Carretier, président de la FRSEA du Languedoc-Roussillon. Le négoce s'est engagé à acheter ces vins au prix fixé dans les contrats. »

 

Denis Carretier espère que cet engagement mettra fin aux rumeurs selon lesquelles il faudra baisser les prix pour vider les caves. Il espère aussi qu'il permettra à la nouvelle campagne de démarrer sur les mêmes bases de prix que l'actuelle. Mais il faudra de la patience pour voir les vins quitter les chais.

« Je suis étonné du retentissement de ce problème de retiraisons, affirme Gilles Gally directeur des achats de Jeanjean. Il n'y a pas péril en la demeure, loin de là. Il y a plus de stocks car il y a eu 3 millions d'hl de récolte en plus en 2011 qu'en 2010. Mais les prévisions pour la récolte à venir sont inférieures à l'an passé. Le stock se résorbera. A la fin de l'année, on n'en parlera plus. »

En revanche, le négoce a opposé une fin de non-recevoir à la demande de paiement d'un acompte de 15 % à la commande, soulignant le coût d'une telle mesure.

Quant aux contrats d'achat triennaux, ils ne semblent enthousiasmer ni les coopératives, ni les acheteurs.

Les participants à la réunion ont promis de se revoir avant les vendanges pour discuter des volumes à produire dans les différentes catégories de vins afin qu'ils soient en adéquation avec les besoins du négoce.

 

Source : http://www.lavigne-mag.fr - publié le mercredi 1er août / B.C

Soyez informé sur notre revue de presse avec

 

Linkedin

Viadeo

Facebook

Twitter

Scoop it